Des jambes posées par la fenêtre de la voiture

 

 

Comment rester zen en voiture ?

Au quotidien ou lors de départ en weekend ou en vacances, conduire peut se révéler une source de stress. Les facteurs sont multiples, mais si vous apprenez à les gérer ou à les contourner vous pourrez rester zen au volant ! Voici quelques cas pratiques et leurs solutions à mettre en place pour des trajets sans anicroches.

Pallier à l’impatience due aux embouteillages

  • Chantez. Ne pensez pas au conducteur d’à côté qui vous verra probablement en pleine action et libérez-vous des énergies négatives qui peuvent naître à force d’être coincé dans ces satanés embouteillages ! Vous expiez ainsi votre colère, votre énervement et votre agacement de façon saine et sécurisée.
  • Enoncez vos pensées à voix haute. ou, plus simplement, parlez tout seul si vous n’êtes pas accompagné. Cela vous permettra de ne pas vous enfermer dans votre bulle et d’intérioriser votre impatience. De plus, c’est une bonne manière de vous tenir éveillé si vous rentrez du travail exténué.
  • Veillez à choisir un sujet de discussion neutre si vous n’êtes pas seul dans l’habitacle. Parler de choses positives ne peut pas nuire et vous distraira !
  • Gérer les enfants agités

    Tous les parents le savent, avant de monter en voiture il est important de préparer et de vérifier plusieurs choses selon la durée du trajet prévu :

  • La présence du ou des doudous.
  • Prévoir une petite couverture et éventuellement un tour de cou ou un petit coussin pour mettre les enfants à l’aise sur leur siège auto ou leur place assise.
  • Le sac à goûter rempli d’une gourde de compote, une gourde d’eau ou de grenadine si ça peut aider l’enfant à rester calme.
  • Si le temps se fait long et que les enfants s’impatientent ou se chamaillent, proposez-leur plusieurs jeux :

  • Reconnaître le département indiqué par un numéro sur les plaques d’immatriculation. On vous conseille de réviser avant d’embarquer !
  • Distinguer les marques et/ou les modèles de voitures… Selon votre niveau de passion pour l’automobile.
  • Faire un quiz musical. Evidemment, vous aurez préparé un CD ou une playlist connectée à votre autoradio pour pouvoir interroger les enfants à propos du nom de la chanson et/ou du chanteur.
  • S’accommoder d’un passager peu rassuré

  • Fournissez-lui le trajet. Si c’est un grand anxieux, le fait de connaître le cheminement vers la destination devrait le rassurer et lui permettre de jouer les copilotes.
  • Proposez-lui gentiment de vous arrêter pour qu’il prenne le volant. La majorité du temps, il comprendra alors que ses remarques sur votre conduite sont agaçantes et cessera donc d’en faire… Il déclinera aussi l’offre de peur d’être critiqué et jugé à son tour.
  • Engagez la conversation sur un sujet qui le passionne afin de détourner son attention de la route. En plus ça vous aidera à éviter la lassitude d’un trajet sur l’autoroute par exemple !
  • Faire face à une circulation vive

  • Connectez-vous à vous-même par le biais d’une respiration profonde pour échapper au stress. Inspirez par le nez pour gonfler votre ventre d’air, expirez par la bouche pour le dégonfler… ne fermez pas les yeux, il y a la route à surveiller !
  • Appliquez le code de la route. Ce n’est pas parce que d’autres conducteurs manquent de civisme et de responsabilité que vous devez en faire autant. Soyez respectueux, mettez votre clignotant lorsque c’est nécessaire, arrêtez-vous au feu orange si votre vitesse et les autos qui vous succèdent sont à bonnes distances, etc.