Une femme baille

 

 

Les différentes formes de fatigue

Il arrive que dans l’année nous vivions des périodes plus intenses pouvant causer des états de fatigue, des coups de pompe. Voici quelques bons réflexes à adapter à chaque type de fatigue, nerveuse et physiologique.

En octobre 2015, 36% des femmes et 25% des hommes déclaraient se sentir plutôt fatigués. Une autre enquête avait montré que 21% d’entre nous se sentaient fatigués au moins 3 fois par semaine, y compris après une bonne nuit de sommeil. (1) En fait, la fatigue peut se présenter sous deux formes. (2)

La fatigue nerveuse

La fatigue peut être associée à une période de stress ou d’anxiété, on parle alors de fatigue «  nerveuse » (2,3) : vous vous réveillez le matin en étant fatigué, et au cours de la journée, vous ressentez en plus d’autres symptômes comme des problèmes de digestion (nausées, coliques, constipation), une sensation de « boule dans la gorge » ou des maux de tête. Le manque de magnésium est associé à la fatigue nerveuse, car le magnésium est indispensable à la production des neurotransmetteurs, ces substances qui permettent aux neurones de communiquer entre eux. Sans un apport suffisant en magnésium, le système nerveux marche moins bien : stress, anxiété, bref, fatigue nerveuse ! (4,5)

→ le bon réflexe : pratiquer une activité physique régulière et douce, manger équilibré et apprendre à se détendre font partie de la prise en charge de base du stress et de l’anxiété. Yoga, sophrologie, méditation… les voies pour atteindre la « zénitude » sont nombreuses. (6) Parions que vous trouverez votre chemin parmi celles-ci pour dire « non » au stress !

La fatigue physiologique

C’est la fatigue qui est liée à un déficit de ressources. Cela peut survenir quand le corps a épuisé ses ressources, en cas de manque de sommeil ou d’une activité physique trop intense. (2) Parmi ces ressources figurent les vitamines et les minéraux, dont le magnésium : dans certaines situations, les besoins peuvent être momentanément accrus et les apports alimentaires peuvent alors ne pas être adaptés. Savez-vous que le manque de magnésium concerne près d’une personne sur 5 ? (7)

→ le bon réflexe: adoptez de nouvelles règles de vie au quotidien. Par exemple, il est important de retrouver une bonne hygiène de sommeil : adoptez des horaires fixes de coucher et de lever, respectez un temps sans écran avant de vous endormir (pas de téléphone, de télévision ou de jeux vidéos…), évitez les excitants (thé, café, soda, alcool, tabac) après 16h. (5,6)

Magnésium et vitamines B

Le magnésium tient un rôle capital grâce à ses nombreux effets sur la chimie du cerveau, sur le stress et la fatigue. (5,7,8) Pour faire le plein de ce minéral essentiel, voici notre top 10 des aliments riches en magnésium. Autres acteurs essentiels pour lutter contre la fatigue : les vitamines du groupe B. Elles complètent les bénéfices apportés par le magnésium et aident à diminuer la fatigue nerveuse.(5)

Références :

  1. Enquête CSA octobre 2015. « Des Français en forme après la rentrée ? »
  2. Beylot G. La fatigue. Actualités pharmaceutiques, 2009 ; 487 : 47-50
  3. Site internet du département Médecine générale de l’université Paris 7 Diderot. http://www.bichat-larib.com/revue.presse/revue.presse.resume.affichage.php?numero_etudiant=&numero_resume=384
  4. Clere N. Rentrée, automne… comment dompter le blues ? Actualités pharmaceutiques, 2010 ; 499 : 35-6
  5. Clere N. Comment gérer son stress avant les examens. Actualités pharmaceutiques, 2014 ; 536 : 37-40.
  6. Lamassiaude-Peyramaure S. Stress et anxiété Actualités pharmaceutiques, 2008 ; 479 : 25-27
  7. Bourre J.-M. Effets des nutriments sur les structures et les fonctions du cerveau : le point sur la diététique du cerveau. Rev Neurol (Paris), 2004 ; 160 ; (8-9) : 767-92
  8. Serefko A et al. Magnesium in depression.Pharmacological Reports, 2013 ; 65 : 547-54